La peur

Elle peut être bleue, panique, silencieuse, ou encore ancrée et profonde. Elle se cache derrière un frisson, une voix tremblante, une paralysie ou des palpitations…Une chose est sûre, c’est qu’elle nous habite tous, nous effleure, nous prend aux tripes ou nous manipule.

La peur, cette vieille amie qu’on ne connaît que trop bien ou que l’on fait mine de ne pas entendre. La même qui nous fait changer de trottoir quand on l’aperçoit au coin de la rue.

C’est elle qui me pousse à t’écrire ce soir devant mon bol de céréales à presque minuit.

Je sors d’un Talk sur l’anxiété. Ceci explique cela. Bien que le bol de Chocapic n’est aucun intérêt propre dans cette histoire, je sais que certains ont besoin d’un contexte pour imaginer.

Il est 19h30 dans le Paris pressé du début de soirée. Les gens s’amassent dans les rames du métro, s’engouffrent et s’échappent à chaque ouverture-fermeture de portes. Ligne 5 et odeurs moites. République ? République ! Liberté.

Je marche à grande enjambées pour rejoindre ce bar tendance qui ressemble à tout sauf un bar, mais qui à évidemment ce charme parisien du « je suis fait de bric et et de broc, et je suis trop stylé ».

Un petit monde s’agite devant l’entrée, les 4 intervenantes sont attendues et le public composé presque uniquement de femmes. Coïncidence ? La peur serait donc une affaire de femmes ? (Je suis sûre du contraire mais on en reparlera).

Pendant ces deux heures d’écoute, entre interventions et jeux de questions/réponses, la plus jolie chose que j’ai pu apprendre est qu’on est tous et toutes confrontés à ce sentiment. La peur. L’anxiété quant à elle, n’est que la traduction physique de cette émotion.

Qui n’a jamais été pris de panique, été paralysé, pensé qu’il allait y passer, ou ne pas y arriver ? Si tu réponds « Moi » alors j’ai une mauvaise nouvelle pour toi : c’est FAUX !

La peur est une réaction du corps face à un danger. Une réaction liée à notre état animal pour nous alerter que quelque chose ne va pas et nous inviter à réagir pour survivre. Tout le monde a peur. C’est comme ça. L’unique détail c’est qu’on y réagit tous de façon différente. Certains rient, d’autres prennent la fuite, d’autres l’ignorent et l’enterrent, certains encore restent bloqués, d’autres explosent et parfois pleurent.

Si je te dis tout ça ce soir, c’est bien évidemment pour t’inviter à assumer cette émotion qui n’a rien d’anormal. Les émotions sont faites pour être ressenties et non annulées, pour les voir partir il faut apprendre à les laisser sortir et s’envoler. Plus tu les ignores et plus tu les contiens, plus tu les laisses dormir en toi longtemps et prendre le pouvoir sur ta vie.

La peur en fait partie. Toute peur est valable. La peur du vide, la peur de perdre quelqu’un, la peur de ne pas réussir, la peur de commencer, la peur du manque, la peur de l’autre, de ne pas être entendu, du noir, de la solitude, de la foule, de se lever le matin, d’aimer, d’être aimé, de vivre, de la mort, d’être heureux, d’être soi-même…

Bref tu l’auras compris il y a autant de peurs que d’humains sur cette terre.

La bonne nouvelle c’est que la peur n’existe pas. Ce que je veux dire simplement par là, c’est que la peur est une pure invention de ton cerveau. Toutes les peurs sont des anticipations d’un danger qu’on considère proche ou potentiellement possible. Ne dit-on pas : « Avoir peur c’est souffrir deux fois ? »

La peur est donc une illusion, quelque chose que ta tête créé de toute pièce car elle anticipe un moment, une chose qui n’existe pas encore ou n’existera peut-être jamais. Pourquoi ? Tout simplement parce que nous n’avons aucune connaissance et aucune action sur le futur qu’il soit proche ou lointain. Le seul moment qui existe, c’est maintenant.

Alors, t’es bien gentille mais on fait quoi face à la peur tu me diras ?

Voilà ce que j’ai retenu ce soir et qui je pense peut t’être utile la prochaine fois que tu la croises :

  • C’est déjà hyper important d’admettre que l’on a des faiblesses, pour soi, pour les identifier et les appréhender. Et pour ton entourage, pour qu’on te comprenne plus facilement et soit plus facilement disposé à t’aider.
  • On ne se juge pas, t’es comme tout le monde et même plus courageux que la moyenne si tu sais reconnaître tes peurs. Quand on garde le cœur ouvert on est juste et les situations se dénouent naturellement.
  • Laisse toi le temps de digérer, le désir de contrôle de la situation n’est qu’une illusion tant que tu ne laisseras pas cette peur vivre et partir.
  • Tu dois trouver ce qui te fait du bien : parler, écrire, faire du sport, dormir, méditer, voir un proche.
  • On ne meurt pas d’anxiété, on apprend à la voir venir avec le temps et l’expérience et on finit par se dire « Ah salut c’est toi ? » (mais uniquement si on a réussi à l’admettre et l’assumer). Et ensuite on agit, on se transforme et on est meilleur la fois suivante.
  • On parle de ses propres solutions face à la peur à ses proches, pour en retirer du positif et apporter son expérience. Si ça marche pour toi ça peut marcher pour ton ami, ta sœur, tes potes, ton amoureux, ta famille.

La peur, l’anxiété, on les vit tous, toute notre vie, à divers moments. Si on apprend à les côtoyer elle peut devenir plus douce, plus prévisible, et se transformer peut-être en source de créativité. La preuve en est ce soir avec cet article….

Alors, tu fais quoi toi quand t’as peur ?

2 réflexions sur “La peur

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s